Communiqués

La CGT du CHU s’adresse à Emmanuel Macron

Extraits du courrier en date du 7 décembre 2022. Ce courrier fait suite à une alerte pour danger grave et imminent sur la santé mentale et physique des personnels du CHU de Poitiers…

«… il y a danger, Monsieur, danger pour nos collègues et par répercussion danger pour la santé de tout un chacun.

Les sous-effectifs constants, les burn-out, les réductions d’effectifs, fermetures de services, de lits, l’augmentation du temps de travail, les rappels sur repos, les jours de congés qui ne peuvent être pris, la maltraitance, voilà la réalité du terrain…

Aux urgences pédiatriques, une maman doit attendre jusqu’à 7h30 afin que son enfant soit pris en charge…

Et concernant la politique d’appels au 15 pour désengorger les urgences, les conséquences sont désastreuses. Les appels plus nombreux génèrent une augmentation d’attente, les services fermés créent une diminution de solution d’hospitalisation. Cette insatisfaction chronique de bien faire son travail provoque des tensions, de la fatigue, et peut même conduire certains agents à se détacher de l’essence même de leur travail… Sans oublier que le personnel qui travaille déjà en 12 heures avec alternance jour/nuit ne suffit pas, on leur demande de revenir en heures supplémentaires…

En pleine canicule, en gériatrie, le personnel ne pouvait pas lever les personnes âgées car pas assez nombreux ! … Ils sont contraints à faire de la maltraitance institutionnelle.

Et face à tout cela, aujourd’hui, le personnel se retrouve sans médecin du travail…

Il n’est pas possible de toujours demander plus de sacrifices à celles et ceux qui subissent déjà au quotidien, les conséquences de la politique mise en place.

Plus que des primes, que des applaudissements, nous attendons une réelle considération de nos métiers par : 

– Une augmentation significative des budgets, bien au-dessus de l’inflation. 

– Un maintien des services d’urgences ouverts 24h/24 et sans filtrage. 

– Une réouverture des lits et services fermés alliée à un plan massif pluriannuel de formation et d’embauches dans le secteur sanitaire, social et médico-social. 

– Une amélioration de l’attractivité de nos établissements et professions en reconnaissant réellement l’engagement au travail par une revalorisation des salaires, des carrières, la reconnaissance des qualifications et des pénibilités par un départ anticipé à la retraite, ainsi qu’une meilleure reconnaissance du travail de nuit et de week-end. 

– Une amélioration des conditions de travail et l’articulation vie au travail/vie personnelle par la mise en œuvre des 32 heures sur 4 jours. 

– Un plan massif de titularisation des 250 000 contractuels de la fonction publique hospitalière et des médecins PADHUE (Praticiens diplômés hors UE). »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.