Écologie Énergie Services publics Vos élus

ÉOLIEN – Florence Harris : “le vrai combat, il est contre la libéralisation du secteur énergétique”

Ce vendredi a été voté par le Conseil Départemental de la Vienne un moratoire départemental sur l’éolien. Florence Harris s’est prononcée en sa faveur tout en rappelant la nécessité de se battre pour un grand service public de l’énergie, seule façon de mettre un terme au développement déraisonné des énergies renouvelables.

Intervention complète :

L’implantation d’éoliennes en France s’accompagne de profonds échecs. On peut citer l’absence de cohérence territoriale au niveau national, les prises illégales d’intérêts par des élus soudoyés par des promoteurs, ou encore le manque total de démocratie locale dans la réalisation de certains projets. Il y a aussi des interrogations quant à leur impact sur la santé des humains (notamment par rapport aux infrasons), l’impact sur la biodiversité quand on sait par exemple que les oiseaux sont incapables de franchir des barrières d’éoliennes et se font broyer par les pâles ou même quant à la pertinence écologique de ces ouvrages.

Consciente de tout cela, je voudrais attirer votre attention sur le fait que les énergies renouvelables sont les seules énergies dont le développement a été assuré presque exclusivement par le secteur privé.

Ce constat ne doit rien au hasard. Il est évident que les promoteurs, uniquement guidés par le profit, ne partagent pas les intérêts de la population générale (tous les élus qui ont eu affaire à eux vous le diront). Ils n’ont que faire de la pertinence écologique et économique de la solution qu’ils proposent, ni surtout de l’endroit où ils la proposent, pourvu qu’ils la vendent. L’anarchie libérale – puisque c’est bien de cela dont il est question – ne nous permettra pas de faire face à l’impératif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas elle non plus qui nous permettra d’éradiquer la précarité énergétique ; en 2019, 30 millions d’Européens sont incapables de chauffer convenablement leur logement en hiver (1) ; au total en 2021, ce sont 12 millions de personnes en France sont frappées de précarité énergétique (2).

12 millions de personnes en France sont frappées de précarité énergétique.

Le vrai combat, il est contre la libéralisation du secteur énergétique. Il est contre les plans de privatisation successifs et de démantèlement d’EDF, dont Hercule a été le dernier visage heureusement repoussé par la mobilisation notamment des salariés de l’énergie.

Je voterai pour ce moratoire, en espérant qu’il marque le début sinon de perspectives de progrès au moins d’une prise de conscience, mais ni lui, ni la mise en place d’un schéma directeur départemental de l’éolien ne seront des réponses de long terme.

Il est nécessaire de nous battre pour un grand service public de l’énergie. Ce sera le seul moyen de mener une vraie politique énergétique, cohérente, territorialement juste, et à même de faire face aux défis de notre siècle.

J’espère de tout cœur que les votes de M. Belin à Paris seront en pleine et entière cohérence avec la chorégraphie qu’il a exécutée sur le pont de chez Ragon sur la Gartempe à la demande du maire de Lathus-Saint-Rémy avec des collègues de cette assemblée (3). Quant à mes collègues qui n’ont pas la chance d’être sénateurs, je les invite à rejoindre mes camarades qui militent depuis des années déjà pour le développement du service public de l’énergie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.